Pays du Roi Morvan

640px-Le_Faouët_(56)_Chapelle_Sainte-Barbe_20

Le Pays du Roi Morvan couvre la terre au nord-ouest du Morbihan et comprend les cantons de Gourin, Guémené-sur-Scorff et Le Faouët. Cette culturellement riche région doit son nom au IXe roi breton qui affronta les troupes de Louis Débonnaire, allié de Charlemagne.

Les collines verdoyantes et les vallées boisées et tranquilles creusées par les trois rivières de la région, l’Ellé, le Scorff et l’Aër, offrent un paysage très contrasté. En plus des attractions naturelles, la région regorge de monuments, d’églises et de chapelles, ainsi que de beaucoup d’art religieux.

Le Pays du Roi Morvan possède un beau patrimoine musical et est célèbre pour certains des styles les plus sauvages de la danse bretonne.

Le Faouët

Le Faouët est le centre administratif local de la région, situé à 85 km de Vannes, 50 km de Quimper et 40 km de Lorient. Le centre ville est charmant, ses rues étroites sont parfaites pour passer un après-midi.

L’un de ses bâtiments les plus remarquables est la halle du XVIe siècle, Les Halles, une construction à colombages en chêne et en pin, soutenue par des colonnes de granit avec un clocher octogonal. D’une superficie de 1 000 m2, c’est l’une des plus grandes halles de Bretagne et, selon beaucoup, l’une des plus
belle.

Il y a un marché ici les premier et troisième mercredis du mois, et neuf grandes foires par an. La place Boulanger, à proximité, possède de jolies maisons anciennes, notamment la numéro 11.

Une héroïne locale est Marion du Faouët, une femme chef de bande du XVIIIe siècle dont les exploits ont été transformés en films, livres et pièces de théâtre.

Autour du Faouët

Situé dans un ancien couvent des Ursulines datant du XVIIe siècle, le musée du Faouët possède une collection permanente de 160 peintures et des
des expositions tout au long de l’année.

La plupart des peintures sont de l’école du Faouët, datant de la fin du XIXe et du début du XXe siècle, et représentent des images de la vie rurale locale et des chapelles de Saint-Fiacre et de Sainte-Barbe.

Non loin de là, à Kercadoret, se trouve un musée fascinant et une exposition sur les abeilles et les fourmis, L’abeille vivante et la Cité des fourmis, dans une grange aménagée. Vous pouvez observer les abeilles au travail dans leurs ruches, voir la reine des abeilles entourée de ses courtisans ou admirer les fourmis travaillant en équipe pour construire et réparer leur cité.

Grâce à la vidéo, aux commentaires sonores et à un personnel bien informé, c’est une véritable expérience enrichissante. En sortant, vous pourrez déguster certains de leurs produits à base de miel dans la boutique du musée.

En tournant à droite de la route de Priziac, vous trouverez le Parc Aquanature Le Stérou, un parc naturel de 70 hectares. Passez la journée à explorer six vallées différentes, montez dans une calèche, visitez le parc en quatre par quatre, apprenez à pêcher, faites de l’équitation, observez les cerfs sauvages dans leur habitat naturel. À l’intérieur, vous pourrez voir les aquariums et les différentes expositions sur la flore et la faune de la région.

Construite entre 1480 et 1492, la petite chapelle Saint-Fiacre, au sud du Faouët, présente un extérieur en pierre richement sculptée.

A quelques centaines de mètres de la chapelle, cachée dans la forêt, se trouve la fontaine de Saint-Fiacre dont les eaux possèdent, dit-on, des pouvoirs magiques.

Le plus impressionnant dans la chapelle Sainte-Barbe est sa situation. A deux kilomètres et demi au nord du Faouët, la chapelle est perché sur le flanc d’un ravin dans une vallée ombragée de châtaigniers.

Construit entre 1489 et 1512 dans un style XVe flamboyant avec des vitraux Renaissance et des panneaux de bois sculptés d’anges et de fleurs. Un chemin étroit mène à la fontaine de Sainte-Barbe où les jeunes femmes, désireuses de trouver un mari, lançaient des épingles pour faire exaucer leurs voeux.

Gourin

Le Gourin est un territoire frontalier, entre le Vannetais et la Cornouaille, point de rencontre de deux cultures très différentes, qui lui confèrent son caractère particulier, fier et secret.

Centre de musique et de danse, le Championnat de Bretagne s’y déroule chaque année en septembre, avec les meilleures musiques traditionnelles, musiciens et chanteurs rivalisant les uns avec les autres pour remporter les plus grands honneurs.

Gourin est également réputé pour avoir les meilleures crêpes de la région. Le lycée local propose des cours de formation pour les futurs crêpiers, et chaque année, une fête est consacrée à la cuisine et à la dégustation de crêpes pendant le dernier week-end de juillet.

En plus du riche patrimoine architectural de Gourin, il existe également des attractions de plein air telles qu’un lac, des circuits de randonnée et des bois. Au centre de la ville, une statue de la Liberté, offerte par Air France à la ville, rappelle les 11 500 habitants de la région de Gourin qui ont émigré aux États-Unis entre 1880 et 1970.

Autour de Gourin

Construite sur le site exact d’une ancienne église plus petite, la nouvelle église paroissiale a été construite vers 1500, dédiée aux Saints Pierre et Paul.

Les piliers de la construction d’origine ont été conservés dans le nouveau bâtiment, entouré de neuf chapelles latérales. Le château de Tronjoly a été construit sur les ruines d’un ancien manoir, créé et ajouté entre 1426 et 1669.

Le château, qui aurait été une cachette pendant la Révolution, est passé entre les mains de plusieurs familles aristocratiques avant d’être finalement offert à la ville de Gourin après la mort de son dernier propriétaire.

Depuis, la ville a financé de nombreux travaux de restauration et a ajouté un théâtre en plein air qui attire les visiteurs pendant les mois d’été.

La Chapelle de Moustérien à Kerbiquet était autrefois le centre local des Templiers. Elle est également connue sous le nom de Notre-Dame de la Consolation.

Guémené-sur-Scorff

Cette ville historique est très connue en Bretagne pour deux choses : ses beaux bâtiments et son andouille.

Étroitement liée au passé tumultueux de la région, Guémené-sur-Scorff était le siège de la famille Rohan, puissants aristocrates locaux jusqu’à la Révolution. Le château, reconstruit en 1860, est aujourd’hui la mairie.

Autour de Guémené-sur-Scorff

Autrefois résidence d’un aristocrate connu qui a été guillotiné pendant la Révolution, le château de Pontcallec est aujourd’hui un orphelinat et
fermé au public. Cependant, les terrains et les bois sont ouverts à tous et méritent une visite.

Les jardins et le lac sont particulièrement jolis, mais sachez que vous devez être correctement habillé car l’orphelinat est dirigé par des religieuses. La forêt est grande et intéressante et vous devriez voir des sangliers et des cerfs dans leur habitat naturel.

Pour remonter le temps, la fouille archéologique de Kerven Teignouse est ouverte au public au mois d’août. Vous pourrez y voir des volontaires à l’œuvre sur la fouille commencée après la découverte en 1995 d’une stèle de Vc BC. Des relevés aériens ont révélé un important terrassement de l’âge du fer.

Des recherches plus approfondies ont révélé de nombreuses pièces de poterie, de mobilier et de
des ustensiles ménagers, ce qui indique que le site était une colonie habitée.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *