Vannes

640px-Vannes_Remparts

La « capitale » du Morbihan sent les vacances. Ses quais sont bordés de restaurants de fruits de mer et de terrasses de café ensoleillées où les touristes se livrent à des farniente – pour se détendre. Vannes est une ville fascinante : une grande partie de sa longue histoire se reflète dans ses monuments bien préservés et ses bâtiments plus modestes.

Les lavoirs du XIXe siècle, situés le long des douves de la Marle, semblent bien plus anciens. Ils ont été habilement aménagés dans le joli parc situé en contrebas de la
Les remparts, surplombés par l’imposante Tour du Connétable du XVe siècle, l’une des nombreuses tours encore debout.

Sept portails massifs pénètrent dans les murs de la ville, également en très bon état. La position de prix de Vannes, bercée par le Golfe du Morbihan, explique son architecture particulièrement défensive.

La zone piétonne est un enchevêtrement de maisons médiévales à colombages, avec le barbouillage entre les carapaces peintes de jolies couleurs de glace.

Au coin de l’une d’entre elles, les amusantes mascottes de la ville, connues sous le nom de Vannes et sa femme, vous sourient. Dans ce dédale de pavés, des boutiques et des restaurants alléchants attirent les gourmands et les amateurs de lèche-vitrine. Les mercredis et samedis, le marché s’étend de la place des Lices vers l’extérieur.
Lieu de prédilection des oiseaux migrateurs et des plaisanciers, cet endroit abrité, avec sa vue sur les prétendues 365 îles du golfe, est apprécié par l’homme depuis plus de 2000 ans.

Les Vénètes autochtones étaient des pêcheurs et des marins. Les Romains sont venus, apportant leur règne ainsi que leurs techniques de vinification et d’extraction du sel. Vannes s’appelait alors Darioritum.

À partir du IIIe siècle, des colons d’Irlande et de Grande-Bretagne y ont cherché de nouveaux territoires, tandis que leurs moines y ont apporté la religion et ont fondé des abbayes, des églises et des monastères.

Le palais épiscopal, construit dans le V siècle, est symptomatique de l’importance du bâtiment en tant que centre religieux.

Un âge d’or

Un épisode du XVIIe siècle assure la survie de la ville et l’embellit considérablement. Sous Louis XIV, les membres du parlement breton en
Rennes est soupçonnée de soutenir la révolte contre les taxes imposées par Colbert pour aider à financer la guerre contre la Hollande.

Cela a conduit le roi, en 1675, à ordonner le transfert du parlement
de Rennes à Vannes. C’était une démarche logique : Vannes était l’une des plus anciennes villes de Bretagne et, à plusieurs reprises au cours du siècle précédent, le Parlement y avait déjà siégé.

De nombreux beaux édifices datent de cet âge d’or, qui durera quinze ans. Une vague de nouveaux bâtiments a tenté de répondre non seulement à la
magistrats, juges et avocats, et leur suite, mais aussi pour les services et les commerçants que leur présence engendre : tailleurs, imprimeurs, constructeurs, etc. qui affluent dans ce qui est l’apital breton temporaire. Les marchands de Vannes, qui expédiaient des céréales, du fer et du miel depuis l’intérieur du Morbihan, ont vu l’économie prospérer à une époque où d’autres villes étaient en dépression.
La population monte en flèche, la moitié des exilés de Rennes se retrouvent ici. Même
lorsque le parlement est revenu à Rennes, les chiffres de Vannes sont restés assez stables.

Le parlement actuel est construit rue Saint-Vincent. Ici et
autour de l’église Saint-Patern, on peut encore voir les belles maisons
appartenant aux députés, leurs murs de granit et leurs toits d’ardoise
contrastant avec le tortillon et la barbe des XIIe et XIIIe siècles.

Musées

Vannes possède deux musées principaux, le musée d’histoire et d’archéologie, au château Gaillard, et le musée des Beaux-Arts, installé dans le XIIIe musée de la Cohue, autrefois place du marché couvert, puis palais de justice et plus tard parlement.

Il possède une étonnante collection permanente de paysages locaux à partir du XVIIIe siècle.

Festivals

Il y a des événements tout au long de l’été, des expositions spéciales dans les musées, des fêtes historiques et le festival de jazz en plein air. La musique folklorique bretonne est très vivante, comme vous pourrez le constater lors des Fêtes d’Arvor.

Les concerts du soir, les Nuits musicales du Golfe, permettent de découvrir des goûts plus classiques.

Cette année, le nouveau festival bisannuel consacré à la photographie marine se déroule du 24 septembre au 15 octobre : l’occasion de voir le travail des meilleurs photographes du monde tout en contribuant à une cause marine digne de ce nom – cette fois-ci les victimes du tsunami en Asie.

Autour et à propos

Il existe deux réserves marécageuses pour les observateurs d’oiseaux, à Séné et Pen-en-Toul à Larmor-Baden (ouvertes uniquement en été).

A l’écart de la côte, le Pays de Vannes offre des paysages magnifiques, parsemés de charmants villages – Saint-Avé avec sa chapelle du XVe siècle, Meucon avec sa fête du cidre en novembre, le pittoresque Ploeren, pour n’en citer que quelques-uns – et de beaux manoirs, comme à Theix.

A Elven, la forteresse d’Argoët possède le plus haut donjon octogonal de France. Avant de devenir roi d’Angleterre, Henri VII y a été emprisonné pendant quelques mois.

 

Les forêts, avec leurs chemins creux caractéristiques, invitent les cavaliers et les randonneurs. L’immense réserve de Trédion, telle une
Le microcosme, avec son château, ses mégalithes, ses rivières et ses étangs, est un havre de paix pour les promeneurs et les pêcheurs.

Le Tour du Connétable de Vannes dans la mer intérieure

Il est très simple de monter à bord d’un bateau pour se rendre sur l’une des îles, ou de faire une croisière d’une journée ou d’une demi-journée autour du golfe, avec commentaire guidé ou déjeuner à bord si vous le souhaitez. Des vedettes à moteur partent fréquemment de deux points d’embarquement – Conleau et Séné – et offrent de nombreuses possibilités.

Quelle île choisir ? Toutes valent la peine d’être visitées et chacune a ses charmes particuliers.

Vous pouvez louer des vélos et vous promener dans les villages endormis et les mégalithes de l’île aux Moines, ou passer la journée à explorer l’île d’Arz, plus petite mais tout aussi charmante. Visitez son église classée du XIIe siècle et le moulin à marée de Berno qui a été restauré et qui moud encore de la farine (ouvert en saison ou
sur rendez-vous le reste de l’année).

L’immense cairn de Gavrinis est le plus célèbre, comprenant un passage de douze mètres et une chambre semi-circulaire. Les rayons du soleil ne tombent sur l’entrée qu’une fois par an, au solstice d’hiver.

Les murs intérieurs sont gravés de symboles mystérieux dont certains n’ont pas encore été déchiffrés. Sur Er Lannic, le double cromlec’h, 72 menhirs en forme de 8, est semi-immergé avec une moitié seulement visible à marée basse.

Comme pour la plupart des communautés de marins, les légendes abondent – pensez donc aux sirènes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *